Le monde n’existe qu’au travers du regard que nous portons sur lui

Notre “vision” du monde est une reconstruction

Nous avons tendance à oublier que réalité extérieure et réalité intérieure sont bien différentes. Vivre à l’intérieur de notre tête est devenu si naturel dans notre univers de plus en plus virtualisé, que nous en oublions presque que notre vision du monde est en fait une reconstruction (à l’intérieur de notre cerveau), d’une réalité qui se trouve à l’extérieur de nous. Toutes les informations glanées par nos organes des sens vont être déformées par notre état physique (fatigué, reposé, nerveux…), notre état émotionnel (joyeux, triste, apeuré, dégoûté ou en colère), avant de parvenir à la conscience. Nous aurons un décryptage très différent de la “réalité” dans laquelle nous vivons selon l’état d’être du moment.

Si nous n’y prêtons pas attention, nous élaborerons une réaction basée sur un monde fait d’illusions, un monde qui n’existe pas. Désastre assuré! D’ailleurs, Mario Teguh  nous met en garde en disant:

(Personnellement, je pense que la citation est antérieure, mais il s’agit de la seule source que j’ai pu trouver… Si vous trouvez mieux n’hésitez pas, je suis preneur)

Comment en tirer profit ?

Tout dépend de ce que nous recherchons. Si nous désirons être portés par les principes de la Vie (comme nous le voyons durant le module 2),  nous possédons un gouvernail toujours prêt à nous guider dans nos décisions, c’est le plaisir. Pour entendre ses messages, Il suffit d’interrompre le flux des pensées en prenant quelques instants pour respirer en conscience. Nous ne pouvons pas nous trouver dans le monde du corps et de la tête en même temps.

Rien de compliqué

Comme d’habitude, le bons sens nous l’avait dit. “Respire“, “Souffle un peu“. La Vie est simple, et amusante, il suffit de faire ce que vous faites depuis toujours; respirer. La seule différence, c’est de le faire en captant toutes les sensations… Et ne pas penser à la liste de courses…

Pour répondre à votre question

Non, le hibou n’est pas fâché, ce sont ses “sourcils” qui sont inclinés comme les nôtres lorsque nous sommes en colère qui nous font penser qu’il est mécontent. Un bel exemple pour mettre en évidence les histoires que nous nous racontons dans notre tête…

Prenez soin de vous et à très bientôt !