Ai-je la main ?

En quelques mots

Voici le résumé d’un exercice qui revient souvent en séance individuelle et que nous approfondissons au cours de la seconde année de l’école TPn. Cet exercice se nomme “Ai-je la main?“. Il est composé de trois questions pour mesurer la pertinence des questions que nous nous posons.

Le cerveau est comme la roue d’un moulin, il tourne sans arrêt. Avec environ 32.000 idées par jours, parfois il se focalise sur des questions importantes, mais le plus souvent, en roue libre, il tourne sur n’importe quoi. La rumination c’est cela.

Pour nous permettre de placer notre énergie dans ce qui est intéressant, il est important de fixer une base rationnelle à nos raisonnements. Nos pensées mènent-elles quelques part ? Pour le découvrir, répondons à ceci à propos de ce que nous imaginons:

  1. Est-ce possible ?

Si oui passons passons à la question 2. Sinon, laissons tomber, il ne s’agit que de pensées étant l’écho d’un état physique peu agréable.

      2. Cela va-t-il arriver à coup sûr ?

Si oui passons à la question 3. Sinon, éliminons la question, elle ne représente qu’une possibilité sur quelques millions. Elle doit sûrement se formuler comme ceci: “Si, et si et encore si alors…”

    3. Ai-je la main pour y changer quelque chose ?

Si c’est le cas, alors voilà une excellente question qui va nous permettre de nous préparer à un événement et de faire diminuer le niveau de stress une fois la préparation terminée. Cela rejoint “Se préparer au pire, espérer le meilleur, prendre ce qui vient” de Confucius.